PROLAPSUS TOTAL ETRANGLE DU RECTUM: A PROPOS DE TROIS OBSERVATIONS A BOBO-DIOULASSO ET REVUE DE LA LITTERATURE

ZARE Cyprien | A Traoré Ibrahim | Gandéma Salif | Sanon Bakary G | Zida Maurice | Belemliga Herman GL | Bénao Bazard B | Yabré Nassirou | Barro Drissa | Traoré Si S |

La tunisie chirurgicale - 2017 ; Vol 2017

Resumé

L'objectif de ce travail était de rapporter trois observations de prolapsus total étranglé du rectum avec nécrose pariétale de l’adulte, afin d’en analyser les aspects particuliers de cette pathologie en milieu burkinabè. Il s’agissait de trois adultes jeunes de sexe masculin. L’âge moyen était de 36,7 ans, avec des extrêmes de 24 ans et 40 ans. Dans les antécédents, il a été noté une constipation chronique dans 02 cas. Dans 01 cas, il existait des troubles psychiatriques. Tous ces patients ont été reçus en urgence pour extériorisation d’une masse douloureuse anale et irréductible. Un œdème avec nécrose pariétale du rectum était noté chez tous les malades et rendait illusoire toute tentative de réduction. Il s’agissait bien, d’un prolapsus étranglé de première intension. Une intervention chirurgicale sous anesthésie générale a été réalisée en urgence dans tous les cas. Elle a consisté à une rectosigmoïdectomie périnéale avec anastomose colo-anale, dite intervention de Altemeier. Deux cas d’incontinence anale ont été constatés en post-opératoire. 01 cas d’incontinence a connu une évolution favorable après une prise en charge en kinésithérapie pour une rééducation périnéale par biofeed back.

Mots Clés

PROLAPSUS TOTAL ETRANGLE DU RECTUM: A PROPOS DE TROIS OBSERVATIONS A BOBO-DIOULASSO ET REVUE DE LA LITTERATURE

Introduction :

L’étranglement ou l’incarcération est une complication rare du prolapsus total du rectum relevant toujours du traitement chirurgical en urgence [1, 2, 3]. Une revue de la littérature nous a incité à rapporter nos trois cas de prolapsus total étranglé de l’adulte, afin d’analyser les aspects particuliers de cette pathologie dans le milieu burkinabè.

Article

OBSERVATIONS

Observation 1

Il s’agissait de Monsieur S. Tangui âgé de 37 ans, vigil, admis le 17 janvier 2014 aux urgences chirurgicales du CHUSS pour extériorisation d’une masse douloureuse par l’anus. Le début a été brutal à la suite d’un épisode de diarrhée aigue de 72 heures avec des douleurs abdominales violentes secondaires à un traitement traditionnel pour constipation chronique. Le patient a été vu au 5ème jour de l’épisode initial. Dans les antécédents, il a été noté une constipation chronique. L’examen clinique a permis de noter :

– une pâleur des muqueuses;

– un abdomen plat, souple, sensible à l’hypogastre à la palpation et non tympanique à la percussion;

– un bourrelet cylindro-conique, à base anale, long de 12 cm environ et irréductible avec une nécrose muqueuse par endroit. Le diagnostic de prolapsus total étranglé et négligé du rectum a été posé (Photo 1). Après un bilan préopératoire et une consultation pré-anesthésique, l’intervention a été réalisée en urgence sous anesthésie générale. Il s’est agi d’une rectosigmoidectomie périnéale. Après incision progressive, circonférentielle de la totalité de la paroi rectale prolabée à environ 0,5 cm de la marge anale avec contrôle de méso rectal, il a été découvert environ 20 centimètres du colon sigmoïde invaginé (Photo 2). Ligature et section progressives du méso et du sigmoide, suivie d’une anstomose colo-anale.

Les suites opératoires ont été marquées par une hypotonie sphinctérienne (béance anale au toucher rectal) avec incontinence anale dont la prise en charge a été faite par une rééducation périnéale manuelle. Une amélioration de l’incontinence anale a été obtenue un mois après l’intervention. Revu à 3 mois, le sphincter était légèrement tonique avec une bonne continence anale. Le suivi a été poursuivi à 6 mois et à un an avec des suites simples.

 

Observation 2

Monsieur S. Dogondé, âgé de 40 ans, cultivateur a été référé d’un centre hospitalier régional le 25 mars 2015 aux urgences chirurgicales du Centre Hospitalier Universitaire Souro Sanou de Bobo-Dioulasso pour prolapsus total irréductible du rectum. Cette symptomatologie évoluait depuis 4 jours. Dans les antécédents, il a été noté une constipation chronique. L’examen clinique a permis de mettre’un bourrelet cylindro-conique, à base anale, ulcero-necrotique, long de 10 cm environ et irréductible. Le diagnostic de prolapsus total étranglé et négligé du rectum a été posé (Photo 3). Après un bilan préopératoire et une consultation pré-anesthésique, l’intervention a été réalisée en urgence sous anesthésie générale. Il s’est agi d’une rectosigmoïdectomie périnéale suivie d’une anastomose colo-anale selon Altemeier. Les suites opératoires ont été simples et le patient a été exéaté au cinquième jour post-opératoire. Il a été revu à un mois, puis à 6 mois sans la moindre complication.

 

Observation 3

O. Ibrahim, âgé de 24 ans, de sexe masculin, a été conduit le 25 juillet 2014 aux urgences chirurgicales par ses parents pour issue d’une masse à travers l’orifice anale à la défécation. Le patient aurait lui-même tenté vainement de réduire la masse. Dans les antécédents, il a été noté :

- des antécédents psychiatriques datant de 5 ans ;

Des antécédents de constipations chroniques.. L’examen physique a permis de retrouver un prolapsus total du rectum étranglé avec œdème pariétale et ulcération muqueuse du rectum par endroit (Photo 4). Après un bilan préopératoire et une consultation pré-anesthésique, l’intervention a eu lieu dans les 48 heures, sous anesthésie générale Il a été réalisé ’une rectosigmoïdectomie périnéale suivie d’une anastomose colo-anale selon Altemeier. Les suites opératoires ont été marquées par une incontinence anale. La persistance de l’incontinence anale au 6ème mois après l’intervention, malgré une prise en charge en kinésithérapie, nous a obligés à réaliser une plastie sphinctérienne. Les suites ont été simples.

 

DISCUSSION                                                                                  

Le prolapsus total étranglé du rectum est rare dans notre contexte de pratique chirurgicale (3 cas en deux ans). Cette rareté a été également notée au Sénegal par Kâ et al qui a rapporté 06 cas en 15 ans [4]. Dans notre série, les patients avaient un âge moyen de 36,7 ans avec des extrêmes de 24 ans et de 40 ans. Il s’agirait d’un prolapsus du sujet jeune. Dans notre série, tous les patients étaient des constipés chroniques. Ce facteur est aussi retrouvé dans la littérature, dans le prolapsus total du rectum du sujet jeune [5]. La survenue du prolapsus a été brutale au cours d’un effort physique (constipation et diarrhée). Il s’agirait d’un prolapsus rectal de « de force ». Il existerait aussi dans la littérature, des prolapsus de faiblesse [2]. Tous nos patients étaient de sexe masculin. Dans la littéraure le prolapsus de « de force » se voit le plus souvent chez la femme volontiers nullipare [2, 5]. Le retard à la consultation, le recours au traitement traditionnel en première intention, la hantise de l’hôpital de nos malades par manque de moyens financiers expliqueraient en partie l’évolution au stade d’œdème, d’ulcération et de nécrose de la paroi rectale chez tous nos patients. Toutes les interventions ont été réalisées dans notre série, par voie périnéales selon la technique d’Altemeier. Elle nous a procuré de bons résultats. Cette technique a été utilisée par d’autres auteurs en cas d’irréductibilité [3, 7]. Kâ et al a utilisé la technique de Délorme [4]. Nous avons constaté en post-opératoire une incontinence anale chez deux de nos malades. Ce constat a été également fait dans la littérature [6].

CONCLUSION

Le prolapsus total du rectum étranglé avec nécrose pariétale de l’adulte jeune est rare et de traitement chirurgical délicat dans notre contexte de pratique chirurgicale. Heureusement par la plastie sphinctérienne et la rééducation, nous avons obtenue une bonne continence anale.

 

Figure 1 - Prolapsus total étranglé négligé du rectum avec nécrose de la paroi rectal vu à J5 d’évolution.

 

figure 2-prolapsus toltal du rectum avec ulcération et oedème importan de la paroi rectale

 

Figure 3 Prolapsus total étranglé avec ulcération et nécrose pariétale du rectum associé à des paquets hémorroidaires.

 

Références

  1. Jacobs L, Lin Y, Orkin B. The best operation for rectal prolapse. Surg Clin North Am. 1997;77 (1):49–70.
  2. Lechaux JP. Traitement chirurgical du prolapsus rectal complet de l’adulte. Encycl Méd Chir, Techniques chirurgicales - Appareil digestif,40-710, 2002,12 p.
  3. Ouedraogo S, Zida M, Zan A, Ouédraogo LM, Traore SS. Un cas de prolapsus rectal avec hernie pararectale étranglée. Science et technique, Sciences de la santé. 2013, 36 (1 et 2): 39-41
  4. Kâ O, Ba PA, Dieng M, Cissé M, Konaté I, Dia A, Touré CT. Prolapsus total du rectum de l’adulte. A propos de 15 cas opérés au service de chirurgie générale du CHU Aristide Le Dantec. Rev.Afr.Chir.Spéc.2010,4(9): 5-10
  5. Sun C, Hull T, Ozuner G. Facteurs de risque et caractéristiques cliniques du prolapsus rectal chez le sujet jeune. JCHIRV. 2014;151(6):438‑43.
  6. Abantanga FA. Ileal invagination of the sigmoid colon producing a sigmoidorectal intussusception combined with rectal prolapse in a 3-year-old child. Pediatric surgery international. 2005;21(5):400‑2.
  7. Cirocco WC. The altemeier procedure for rectal prolapse: an operation for all ages. Dis Côlon & rectum. 2010,53(12):1618–23.