Tumeur de la fosse ischio-rectale

TRIGUI Aymen |

La tunisie chirurgicale - 2021 ; Vol 2021

Resumé

Les tumeurs primitives de la fosse ischio-rectale consistent une entité particulière vu la rareté de ces tumeurs et la variabilité des types histologiques. A travers une observation et une revue de la littérature, nous proposons de caractériser les particularités anatomo-cliiniques et l’approche thérapeutique de ces tumeurs.

La particularité de cette entité nous incite a publié tous les cas possibles pour avoir une meilleur idée sur ces tumeurs et améliorer l’approche thérapeutique.    

Mots Clés

Tumeur

Introduction :

Les tumeurs primitives de la fosse ischio-rectale consistent une entité particulière vu la rareté de ces tumeurs et la variabilité des types histologiques. A travers une observation et une revue de la littérature, nous proposons de caractériser les particularités anatomo-cliiniques et l’approche thérapeutique de ces tumeurs.

La particularité de cette entité nous incite a publié tous les cas possibles pour avoir une meilleur idée sur ces tumeurs et améliorer l’approche thérapeutique.                                                           

Article

Matériel et méthodes

Monsieur AA âgé de 37 ans, sans antécédents pathologiques notables était admis a notre service à deux reprise pour une symptomatologie d’un abcès de la marge anale récidivant au bout de 15 jours avec découverte d’une lésion bourgeonnante comblant l’ancien lit opératoire ou cour de la deuxième intervention faisant 15 centimètre de grand axe.

La tumeur était ferme blanchâtre et friable très vascularisé avec au toucher rectale une masse refoulant le rectum sans l’envahir, motivant une biopsie et une exploration radiologique.

L’IRM montrait une large masse pelvienne largement nécrosée de la fosse ischio-rectale fistulisé a la peau, mal limitée envahissant les muscles élévateurs de l’anus et les muscles fessiers sans extension à l’espace supra lévatorien. La tumeur refoulait le canal anal et le sphincter externe de l’anus.

Cette masse arrivait au contact des muscles ischio-caverneux du périnée, du muscle glutéal et de la branche ischio-pubienne (figure).

 

 

L’examen histologique révélait une prolifération carcinomateuse faite de massifs de cellules de grande taille polygonales, bien délimitées et présentant un net pléomorphisme nucléaire et une importante activité mitotique (Figure). L’étude immunohistochimique montrait une positivité des cellules tumorales pour Kératine et kératine 7 et une négativité des marqueurs suivants Kératine 5/6, p63, Kératine 20, ACE, Melan A et vimentine. Le diagnostic de carcinome indifférencié était retenu. L’évolution clinique a été marquée par l’augmentation rapide de la taille de la tumeur avec bourgeonnement cutané (figure) et l’apparition d’un saignement incontrôlable de la tumeur avec répercussion hémodynamique.

Une radiothérapie hémostatique était réalisée. Le patient a eu 30 Gry en une séance avec une bonne réponse hémostatique et une stabilisation de l’état hémodynamique.

Le patient avait bénéficié secondairement d’une colostomie gauche et a été transféré au service d’oncologie médicale ou il eu une chimiothérapie au cours de la quelle la tumeur à progresser et le patient est décédé au bout de trois mois de la découverte de la tumeur.

Description : C:\Users\look\Desktop\tm fosse para rectale\photo article 2.jpg Description : C:\Users\look\Desktop\tm fosse para rectale\phhoto article 1.jpg

 

Figure 1 (a et b) : Extension de la tumeur 

Description : C:\Users\look\Downloads\Photo 020 (1).jpg

Figure 2: prolifération carcinomateuse faite de cellules de grande taille polygonales manifestement atypiques (HE x 400)

 

Discussion

La fosse ischio-rectale est une loge située dans le périnée postérieur, de part et d’autre du canal anal et du muscle sphincter externe de l’anus. Cette fosse est constituée principalement de tissu adipeux contenant le pédicule rectal inférieur (artère, veine et nerf). Les tumeurs qui se développent dans cette fosse sont rarissimes.

 Les types histologiques rapportés dans cette localisation sont variés. Ils sont toutefois dominés par les tumeurs mésenchymateuses : neurofibrome, sarcome, angiomyxome, liposarcome et tumeur fibreuse solitaire (1-3).

 Les tumeurs de nature épithéliale sont extrêmement rares. Il s’agit principalement de tumeur mucineuses(4) . L’origine de ces tumeurs selon clancy et al serait les glandes muqeuses péri-anales et l’épithélium glandulaire tapissant les trajets fistuleux. Dans notre observation, il s’agissait d’un carcinome sans évidence d’aucune différenciation glandulaire ou malpighienne.  Notre observation ne réuni pas les critères de Rosser des carcinomes associés aux fistules anales puisque notre patient n’ pas d’antécédent de fistule anale datant de plus de 10 ans (5).

L’IRM constitue l’exploration radiologique idéale pour les tumeurs des parties molles et des localisations particulières, elle permet une approche diagnostique et permet d’évaluer l’extension locorégionale le la lésion(6).

les voie d’abord les plus fréquemment décrie pour l’abord des tumeurs  des fosses ischiorectales sont : la voie abdominale antérieur qui ne permet pas une bonne exposition notamment du pôle inférieur de la lésion,  la voie trans-anale, et la voie périnéale postérieure (2, 7).

 

Références

1.            Seishima R, Ishii Y, Hasegawa H, Endo T, Ochiai H, Okabayashi K, et al. Large liposarcoma developing in the ischiorectal fossa: Report of a rare case. Int J Surg Case Rep. 2013;4(1):51-3.

2.            Miller M, Kulaylat MN, Ferrario T, Karakousis CP. Resection of tumors of the ischiorectal fossa. J Am Coll Surg. 2003 Feb;196(2):328-32.

3.            Yap T, Hamzah L, Oshowo A, Taylor I. Myxoid solitary fibrous tumour of the ischiorectal fossa. Eur J Surg Oncol. 2003 Feb;29(1):98-100.

4.            Clancy C, Iqbal Z, Sheehan M, Joyce MR. An unusual ischiorectal fossa mass. Int J Surg Case Rep. 2014;5(2):79-81.

5.            Rosser C. The relation of fistula in ano to cancer of the anal canal. Trans Am Proc Soc. 1934;35:65–71.

6.            Lien HH, Taksdal I. [Magnetic resonance tomography in oncology diagnostics]. Tidsskr Nor Laegeforen. 2000 Mar 30;120(9):1054-9.

7.            Karakousis CP, Emrich LJ, Driscoll DL. Variants of hemipelvectomy and their complications. Am J Surg. 1989 Nov;158(5):404-8.