Kyste Hydatique primitifde la rate rompu

Zouari Amine | Abid Bassem | Fourati Kais | Harbi Houssem | Hajtaieb Ahmed | Ben Amar Mohamed | Boujelbene Salah |

La tunisie chirurgicale - 2022 ; Vol 2022

Resumé

Le kyste hydatique (KH) est une infection parasitaire endémique en Tunisie. La localisation primitive splénique est rare. Elle pose un problème de diagnostic différentiel devant des images radiologiques non typiques.

Mots Clés

kyste hydatique

Introduction :

Le kyste hydatique (KH) est une infection parasitaire endémique en Tunisie. La localisation primitive splénique est rare. Elle pose un problème de diagnostic différentiel devant des images radiologiques non typiques.

L’objectif de notre travail est de préciser à travers un cas clinique rare la conduite diagnostique et thérapeutique devant un KH primitif de la rate compliquée de rupture.

 

Article

Cas clinique :

Il s’agit d’un homme âgé de 27 ans, d’origine rurale, sans antécédents pathologiques particuliers, qui a consultépour des douleurs de l’hypochondre gauche à type de pesanteur évoluants depuis 3 mois et qui se sont aggravés depuis 24 heures.

L’examen à l’admission trouvait un patient agité très algique, tachycarde à 120b/min, et une tension artérielle à 90/50mmHg. La palpation abdominale a mis en évidence une masse de l’hypochondre gauche rénitente et douloureuse. Le bilanbiologique montrait un syndrome inflammatoire avec une CRP à 340 mg/l et des GB à 11 000 e/mm3 avec une hémoglobinémie à 11g/dl.

Un scanner abdominal injecté fait en urgence a montré un épanchement pelvien spontanément hyperdense de moyenne abondance (Fig1A), une volumineuse masse kystique de la rate uniloculaire à paroi épaissie mesurant 15x14x18 cm rompu en sous capsulaire et communicant avec une formation oblongue de 4 cm d'épaisseur et 17 cm de hauteurévoquant une fissuration (figure1B).Les deux diagnostics les plus probables devant cette image kystique compliquée sont le kyste hydatique type I ou le kyste épidermoïde.

Devant l’instabilité hémodynamique et l’aspect en faveur d’une rupture de la masse kystique, le patient a étéopéré en urgence. L’exploration peropératoire a montré un épanchement intra péritonéal hématique de moyenne abondance, une splénomégalie siège d’un gros kyste à contenu séro hématique adhérant au diaphragme et un hématome sous capsulaire. Par ailleurs, on note la présence de deux rates surnuméraires au niveau de l'hypochondre gauche faisant 2 cm de grand axe chacune.

Après protection de la cavité abdominale par des champs imbibés au sérum hypertonique, une splénectomie totale a été effectué emportant la totalité du kyste (figure 2A) .

L’exploration de la pièce opératoire montrait la présence d’une membrane d’aspect blanc nacré évoquant une pathologie hydatique (Figure 2B).

Les suites post opératoires étaient favorables et l’examen anatomopathologique de la pièce opératoire a conclu à un KHfissuré de la rate.

 

Discussion :

L’hydatidoseest une anthropozoonose qui sévit à l’étatendémiquedans les pays du Grand Maghreb y compris laTunisie. (1) La localisation primitive au niveau de la rate est rare (3%) et le kyste est le plus souvent de type I selon la classification de Gharbi(1).Longtemps asymptomatique, le diagnostic du KH de la rate est souvent évoqué devant des douleurs à type de pesanteur liées à l’augmentation de la taille du kyste. Plus rarement, il est révélé par une complication tel que la fissuration ou la rupture spontanée ou post traumatique (1,7%). (2)

Les explorations morphologiques permettent d’évoquer le diagnostic de KH et d’étudier ses caractéristiques (nombre, taille et siège) et les complications éventuelles. Le scanner abdominal devance l’échographie en matière de sensibilité qui avoisine les 95%. (3,4).

Devant l’aspect du KHde type I de Gharbi (CE1 de l’OMS), d’autres diagnostics différentielspeuvent être évoqués notammentle kyste épidermoïde ou dermoide et plus rarement, le lymphangiome kystique (5). La notion de contage hydatique chez le patient et la sérologie hydatique positive permettent de renforcer le diagnostic.

Le traitement de ces kystes compliqués de rupture est la chirurgie en urgence qui permet de traiter la complication, le parasite et éviter les récidives(5). Eneffet,la plupart des auteurs optent pour une splénectomie totale avec un lavage péritonéal(6,7). Le traitement conservateur peut être une alternative à discuter au cas par cas selon les caractéristiques du kyste et l’état du patient en peropératoire.

En post opératoire,un traitement antiparasitaire pendant 06 mois est indiqué afin de prévenir les récidives à distance (8).

 

Conclusion :

Le KH primitif de la rate est une entitétrès rare. La rupture du kyste entrainant un état de choc hémorragique et / ou anaphylactique peut être inaugurale mettant en jeu le pronostic vital.Le traitement chirurgical en urgence est de règle.

 

Références

Références :

  1. Ozkan F, Yesilkaya Y, Peker O, Yuksel M. Anaphylaxis due to spontaneous rupture of primary isolated splenichydatid cyst. Int J CritIllnInjSci 2013;3:152-4.
  2. BeyroutiMI, Beyrouti R, Abbes I, et al. Rupture aiguë du kyste hydatique dans le péritoine: À propos de 17 observations. Presse Med. 2004;33(6):378‐384.
  3. OusaddenAbdelmalek, Raiss Mohamed, HroraAbdelmalek, AilLaalim Said. Kystes hydatiques de la rate: chirurgie radicale ou conservatrice. Pan African Med J. 2010; 5(21):1-14.
  4. Meimarakis G, Grigolia G, Loehe F, Jauch KW, Schauer RJ. Surgical management of splenic eccinococcal disease. Eur J Med Res. 2009; 14:165-170.
  5. Durgun V, Kapan S, Kapan M, Karabiçak I, Aydogan F, Goksoy E. Primary splenic hydatidosis. Dig Surg. 2003;20(1):38-41.
  6. Atmatzidis K, Papaziogas B, Mirelis C, Pavlidis T, Papaziogas T. Splenectomy versus spleen-preserving surgery for splenic echinococcosis.DigSurg 2003;20:527-31.
  7. 8. Safioleas M, Misiakos E, Manti C. Surgical treatment for splenic hydatidosis. World J Surg 1997;21:374-7. discussion 378.
  8. Stamatakos M, Sargedi C, StefanakiCh, Safioleas C, MatthaiopoulouI,Safioleas M. Anthelminthic treatment: An adjuvant therapeutic strategy against Echinococcusgranulosus. Parasitol Int 2009;58:115-20.

 

Figures:

 

 

Figure 1A:Epanchement pelvien (étoile bleu)

Figure 1B:  Masse kystique de la rate (étoile jaune) compliqué de fissuration (flèche rouge)

 

 

 

Figure 2 A :La piècede splénectomie

Figure 2 B : la membrane proligère