Résultats thérapeutiques du cancer colorectal du service de chirurgie général de l’hôpital régional de Tataouine

Loukil Issam | Maalej Yassin | Zouari Amine | Rejab Haytham | Abid Bassem |

La tunisie chirurgicale - 2022 ; Vol 2022

Resumé

Le cancer colorectal est de plus en plus fréquent, il vient en troisième place après le cancer du sein et du poumon. Il représente la 4éme cause de décès par cancer en 2018. Il pose actuellement un problème de santé publique notamment dans les pays développés et aussi en Tunisie.

Mots Clés

cancer

Introduction :

Le cancer colorectal est de plus en plus fréquent, il vient en troisième place après le cancer du sein et du poumon. Il représente la 4éme cause de décès par cancer en 2018. Il pose actuellement un problème de santé publique notamment dans les pays développés et aussi en Tunisie.

Dans notre pays, l’incidence du (CCR) est difficile à préciser en raison de l’absence d’un registre national de cancer, en revanche, on dispose de registres régionaux. Cet incidence a observé une augmentation significative entre 1994 et 2009 et elle serait dédoublée en 2024 en absence d’intervention (1).

Afin d’améliorer la prise en charge des patients en Tunisie, nombreuse études ont été réalisées pour évaluer le pronostic et la comorbidité du cancer colorectal en Tunisie. En comparant le nombre des tumeurs diagnostiquées à des stades avancés, on note une diminution de leurs fréquences mais les tumeurs métastatiques représentent encore environ 15% des cas. Pour la morbi-mortalité post opératoire et la survie, on note une amélioration des résultats qui peut être expliquée par l’amélioration des moyens de réanimation. D’autre part, on note aussi une diminution du taux de récidive expliquée par l’améliora de l’arsenal thérapeutique notamment la chimiothérapie et les thérapies ciblées (2).

Nous rapportons une étude rétrospective portant sur 23 cas de cancer colorectal colligés au sein du service de chirurgie viscérale de l’hôpital régional de Tataouine. Le but de ce travail est de rapporter les résultats postopératoires et d’évaluer la survie du cancer colorectal dans la région de Tataouine.

Article

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive colligée au sein du service de chirurgie générale de Tataouine portant sur 23 cas, sur une période de 4 ans étendue de janvier 2017 à décembre 2020.

La collecte des données a été faite par l’analyse des dossiers d’observations médicales, les comptes rendus opératoires et les comptes rendus histologiques.

Les paramètres recueillis sont le séjour postopératoire, les suites opératoires, les complications survenues, le type de l’opération, les réinterventions, le type de résection (R0-R1-R2), l’évolution à distance de la maladie, le taux du récidive et de mortalité lors du suivi.

On a inclut dans notre série tous les cancers colorectaux opérés soit en urgence ou à froid avec confirmation histologique sur biopsie endoscopique ou sur pièce opératoire.

On a exclu les patients diagnostiqués avant la période de l’étude et réadmis pour poursuite évolutive ou récidive tumorale.

L’étude analytique de la (SG) et la (SSR) a été calculée selon Kaplan Meier grâce au logiciel SPSS 11.0.

Résultats

Notre série comporte 10 femmes et 13 hommes avec un sexe ratio H/F égal à 1,3.

La plupart des patients ont été opérés pendant l’année 2018 et 2019.

 

 

Elle comporte 18 cancers du côlon (78,3%) et 5 cancers du rectum (21,7%).

Tableau 1 : Distribution des cancers selon leurs localisations

 

Localisation

Nombre de cas

Pourcentage

Cancer du colon

Colon droit

4

17,4%

 

Colon transverse

1

4,3%

 

Colon gauche

8

34,8%

 

Colon Sigmoïde

5

21,7%

Cancer du rectum

Haut rectum

3

13%

 

Moyen rectum

1

4,3%

 

Bas rectum

1

4,3%

 

Quatorze patients (60,9%) étaient opérés en urgence et 9 patients (39,1%) étaient opérés à froid. Différents types d’intervention ont été pratiqués selon le siège de la tumeur et le contexte clinique.

Intervention

Nombre de cas

pourcentage

Hémicolectomie droite

5

21,7%

Colectomie totale

2

8,7%

Hémicolectomie gauche

4

17,4%

Sigmoidectomie segmentaire

8

34,8%

Résection antérieur

3

13%

Amputation abdominopérinéale

1

4,3%

Total

23

100%

 

Le séjour postopératoire variait dans notre étude d’un patient à un autre avec des extrêmes de 4 à 30 jours avec une moyenne de 10,2 jours.

Dans notre étude, 17 patients (73,9%) avaient des suites postopératoires simples.

Cinq patients (21,7%) avaient des complications postopératoires (quatre ont eu une complication chirurgicale (collection, péritonite, fistule) (17,4%) et un (4,3%) a eu une complication médicale (embolie pulmonaire traitée par anticoagulation curative)).

 

Evolution

Nombre de cas

Pourcentage

Suites simples

17

73,9%

                              Complication chirurgicale

Collection

2

8,7%

Péritonite par lâchage anastomotique

1

4,3%

Fistule bien dirigée

1

4,3%

Complication médicale

Embolie pulmonaire

1

4,3%

 

Les collections postopératoires ont bien évolué sous antibiothérapie adaptée.

Le patient ayant eu un lâchage de l’anastomose, a été repris pour une péritonite stercorale avec bonne évolution clinique.

Le patient ayant eu une fistule digestive dirigée a bien évolué sous traitement antibiotique avec tarissement de la fistule après 12 jours de traitement.

Une seule patiente était décédée après un jour en postopératoire en milieu de réanimation suite à un état de choc septique après résection d’une tumeur perforé en péritonite.

Vingt-deux patients ont eu une résection curative R0(95,6%) et une seule patiente a eu une résection R1(4,3%), décédée dans les suites opératoires immédiates.

Une radiothérapie préopératoire était réalisée pour les deux patients opérés pour cancer du moyen et du bas rectum (deux patients). La chimiothérapie adjuvante était indiquée dans 12 cas (52,2%).

Elle était indiquée pour un contexte d’urgence dans 3 cas (13%) et à cause de la présence d’un facteur de risque histologique dans 9 cas (8 cas de statut N+ (34,8%) et un cas (4,3%) pour la présence d’engainementpérinerveux (EPN) associé à la présence d’emboles vasculaire (EV) et le jeune âge <40 ans).

 

 

 

 

 

Nombre de patients

Pourcentage

   Chimiothérapie adjuvante

Urgence

3

13%

N+

8

34,8%

EPN et EV

1

4,3%

Pas de chimiothérapie

7

28,6%

Total

22

100%

 

Lors du suivi endoscopique, un patient (4,3%) opéré pour une amputation abdominopérinéal en 2017, a présenté plusieurs polypes dégénérés du colon droit trois ans postopératoires. Il a eu une totalisation de la colectomie avec une iléostomie définitive en 2020.

Une récidive locorégionale était survenue dans cinq cas (21,7%) et une apparition de métastases secondaires hépatiques (8,6%) était enregistrée dans deux cas et une rémission dans 15 cas (65,2%).

 

Nombre de patients

Pourcentage

Récidive locorégionale

5

21,7%

Apparition de métastases hépatiques

2

8,6%

Rémission

15

65,2%

 

Pour les patients ayant eu une progression après résection tumorale curative (7 patients), quatre ont été traités par une chimiothérapie (57,1%) et un patient ayant eu une sigmoidectomie initialement a nécessité un complément d’hémicolectomie gauche pour récidive locale (14,2%).

 

 

 

Nombre de cas

Pourcentage

Exérèse chirurgicale

1

14,2%

Chimiothérapie

4

57,1%

Abstention

2

28,5%

 

  1. Survie globale (SG) et survie sans récidive (SSR)

La survie globale (SG) dans notre étude était estimé de 95,7 % à 12 mois en postopératoire.

 

La survie sans récidive (SSR) était estimée de 75,8% après 12 mois postopératoire.

 

 

 

 

Discussion

En Tunisie, le cancer colorectal représente le quatrième cancer pour le sexe  masculin et le deuxième cancer pour le sexe féminin  (1). L’incidence du (CCR) dans notre pays est difficile à préciser en raison de l’absence d’un registre national de cancer, en revanche, on dispose de registres régionaux.

Le sexe masculin prédominait dans notre étude (sexe ratio = 1,3). Ce ci est conforme aux données de la literature (3).

Le cancer du côlon a représenté 78,3%  des cancers colorectaux de notre série à l’encontre de la série tunisienne de Missaoui incluant 1443 patients où le cancer du côlon a représenté 61,8%  (3).

Pour notre série, 60,9% des patients étaient opérés en urgence comparé à 25,4% dans une étude tunisienne(4). Ce taux est plus faible aussi bien dans les séries occidentales(de 8 à 26%) (5,6,7) que dans les séries africaines (8).

L'exérèse chirurgicale de la tumeur ainsi que l’exérèse à visée curative était possible dans 100% des cas de la série. Les taux rapportés dans la littérature variaient entre 87% et 97% avec 79 à 82% d'exérèses à visée curative  (4,5,9).

La mortalité opératoire varie dans la littérature de 1 à 10 % (10). Elle était de 4,3% dans notre série en conformité avec les données de la littérature.

La morbidité opératoire a touché 21,7% des patients. Elle était liée dans 80% des cas à des causes chirurgicales (quatre patients sur cinq). Ces résultats sont similaires aux résultats de SebastianoBiondo(11) et Kruszewski W.J(12) et des résultats du rapport de l’étude multicentrique de l’ATC 2020 (13).

La moyenne du séjour postopératoire a été de 10,2 jours en concordance avec les données de la littérature (14).

la survie globale (SG) à 5 ans tourne autour de 50 à 60% (10,15,16,17). L’analyse des registres SEER a montré une survie relative à 5 ans de 65,4 % chez l’homme et de 66,3 % chez la femme (18). L’amélioration de la (SG) est attribuée à la détection plus précoce des cas en coloscopie et aux progrès de la chirurgie.
Dans notre étude on n’a pas étudié la (SG) à 5 ans faute de recul suffisant, cependant la (SG) était de 100% après 12 mois postopératoire. Cette (SG) à un an est meilleure si on la compare à la (SG) retrouvée par I. Konaté où elle était de 63,3% (8). 

La fréquence élevée des stades évolués et des formes compliquées a contribué à réduire la   (SSR) dans notre série à 75,8% après une année postopératoire. 

 

Conclusion

La fréquence du cancer du côlon dans notre étude dépasse celle du rectum. La mortalité et la morbidité chirurgicales était comparable aux séries de la littérature.

La fréquence des tumeurs opérées en urgence dans notre étude était supérieure à celle des séries tunisiennes et de la littérature témoignant d’un retard diagnostic, soulignant l’importance de la prévention et le dépistage précoce dans notre pays et spécifiquement dans la région de Tataouine afin d’améliorer le pronostic et la survie de cette pathologie.

Références

1.         Khiari H, Ayoub HWB, Khadhra HB, Hsairi M. Colorectal Cancer Incidence Trend and Projections in Tunisia (1994 - 2024). AsianPac J Cancer Prev. 2017; 18(10):2733.

2.         LA PRISE EN CHARGE DE L’ADENOCARCINOME COLIQUE EN TUNISIE : VERS UNE AMELIORATION DES RESULTATS ? Masmoudi Ab., Zouari A., Hadj Taïeb I., Kardoun N., Mejdoub Y., Saumtally S., Fourati K., Kammoun M, Talbi S., Fendri S., Harbi H., Frikha F., Affes N., Mzali R. Service de chirurgie générale CHU Habib Bourguiba Sfax Jedidi J., Trigui M., Damak J. Département de médecine préventive CHU HédiChaker Sfax ASSOCIATION TUNISIENNE DE CHIRURGIE LES ADENOCARCINOMES COLIQUES (ETUDE MULTICENTRIQUE) Rapport présenté au 41ème Congrès National de Chirurgie 5,6 et 7 mars 2020.

3.         Missaouia N, Jaidaine L, Ben Abdelkader A, Beizig N, Anjorin A, Yaacoubi MT, et al. Clinicopathological patterns of colorectal cancer in Tunisia. AsianPac J Cancer Prev. 2010;11(6):1719‑22.

4.         Mahdi B. Clinico-PathologicalCaracteristics, TherapeuticFeatures and Post-operative Course of Colorectal Cancer in Elderly Patients. JCDR [Internet]. 2014 [cité 5 juill 2021]; Disponible sur: http://www.jcdr.net/article_fulltext.asp?issn=0973-709x&year=2014&volume=8&issue=1&page=77&issn=0973-709x&id=3774

5.         CONFERENCE DE CONCENSUS. 29-30 JANVIER 1998. PARIS. Prévention, dépistage et prise en charge des cancers du colon. Gastroenterol Clin Biol 1998, 22, 205-18.

6.         - RATCLIFFE R, KIFF RS, HOARE EM, KINGSTON RD, WALSH SH, JEACOCK J Earlydiagnosis in colorectal cancer still no benefit? Ann Chir 1989 43: 570-574.

7.         KRUSCHEWSKI M., RUNKEL N., BUHR H. J. Radical resection in obstructing colorectal carcinomas Int J Colorect Dis 1998 ; 13: 247 –250.

8.         Konaté I, Sridi A, Ba PA, Cissé M, Gaye M, Ka I, et al. Étude descriptive des cancers colorectaux à la clinique chirurgicale du CHU Aristide Le Dantec de Dakar. J Afr Cancer. nov 2012;4(4):233‑7.

9.         KOYAMA Y, KOTAKE K Overview of colorectal cancer in Japan: report from the registry of the japanese society for cancer of the colon and rectum. Dis Colon Rectum 1997 40:10 Suppl S2-9.

10.       R. LOMBARD-PLATER, X; BARTH. Cancer du colon. Edition techniques - Encyl. Med. Chir. (Paris-France), Gastroenterologie. 9-068-A10 Cancerologie, 60-9-050-A10, 1993, 118. In.

11.       Biondo S, Gálvez A, Ramírez E, Frago R, Kreisler E. Emergency surgery for obstructing and perforated colon cancer: patterns of recurrence and prognosticfactors. Tech Coloproctol. déc 2019;23(12):1141‑61.

12.       Kruszewski WJ, Wydra J, Jasinski W, Szajewski M, Ciesielski M, Szefel J, et al. EarlyOutcome of SurgicalTreatment of Colorectal Cancer in Patients up to 75 Years and Older. European Journal of SurgicalOncology. sept 2012;38(9):843.

13.       CANCER DU COLON : ETUDE DESCRIPTIVE Kardoun N., Kechaou Ah., Zouari A., Daoud R., Kechaou A., Mejdoub Y., Baklouti S., Hentati W., Trigui A., Abid B., Ben Amar M., Affes N., Mzali R. Service de chirurgie générale CHU Habib Bourguiba Sfax Jedidi J., Trigui M., Damak J. Département de médecine préventive CHU HédiChaker Sfax.

14.       Bouassida M. Surgery for Colorectal Cancer in Elderly Patients: How CouldWeImproveEarlyOutcomes ? JCDR [Internet]. 2015 [cité 5 juill 2021]; Disponible sur: http://jcdr.net/article_fulltext.asp?issn=0973-709x&year=2015&volume=9&issue=5&page=PC04&issn=0973-709x&id=5973

15.       M; ADOLF. J.L. ARNAUD, M. SCHLOEGEL. Les cancers du colon. Etude rétrospective portent sur 1122 malades opérés. J. Chir. (Paris) 1990, 127, n°12 : 565-571.

16.       de Gramont A, Krulik M, Gonzalez Canali G, Canuel C, Louvet C, Debray J. La chimiothérapie dans le cancer du côlon Revue générale. La Revue de Médecine Interne. mars 1988;9(2):208‑16.

17.       F. DUMEIGE, J.F. HERMIEU, C. MOLINIE, J.L. ANDRE, J.M. DENEE, B. BARANGER, P. ELBAZ,E. MATHONIERE. Les cancers coliques. Indications et résultats à propos d’une série continue de 223 patients. Chirurgie 1989, 115 : 260-271.

18.       Surveillance, Epidemiology, and End Results (SEER) Program Public-Use, CD-ROM (1973-1997), National Cancer Institute, DCCPS, Cancer Surveillance, Research Program, Cancer StatisticsBranch, released April 2000, based on the August 1999 submission.